Créez votre royaume dans Aetherya chez Nostromo Editions et ATALIA

0
1 à 4
20 minutes
10+
François BACHELART
Dessin de Feutres colorie par Membre non inscrit le 03 de Août de 2017 à  Coloritou.comEmma RAKOTOMALALA & Lucie MERCIER
Nostromo Editions, ATALIA
Aetherya

Aetherya est un jeu signé François BACHELART, illustré par Emma RAKOTOMALALA & Lucie MERCIER. Prévu pour 1 à 4 joueurs, les parties sont accessibles dès 10 ans et durent environ 20 minutes. Un jeu édité par Nostromo Editions et distribué par ATALIA.

Le but ?

Dans Aetherya, vous allez devoir construire votre royaume en respectant les alliances et les guerres entre les peuples afin de ne froisser personne et remporter le plus de points d’Harmonie.

Mise en place

Choisissez le nombre de cartes Royaume requises en fonction du nombre de joueurs. Mélangez-les et formez une pioche au centre de la table. Faites de même avec les cartes Legendes. Relevez les 8 premières que vous placerez à côté de façon à constituer la Riviere. Distribuez 4 cartes à chacun en prenant garde à ne pas faire de doublons. Chacun constitue un carré de 2 X 2 avec ses cartes, face visible. Chacun pioche ensuite 12 cartes supplémentaires qu’il place face cachée autour de son royaume de départ, de façon à former un carré de 4 X 4. Retournez la 1ere carte de la pioche Royaume qui deviendra la 1ere de la défausse. Il ne vous reste plus qu’à désigner le 1er joueur, en général le plus âgé.

Fonctionnement

A son tour, le joueur actif va piocher une carte et en jouer une. Soit il prend la première de la pioche, soit celle visible en haut de la défausse. Dans le 1er cas, il va la dévoiler et choisir entre la placer à la place de l’une de ses cartes (visible ou cachée) ou de ne pas la garder et d’en retourner une de son jeu afin d’agrandir son royaume. 

En choisissant de prendre dans la défausse, on doit remplacer une de ses cartes obligatoirement. En général on le fait quand on à une idée pour se développer et atteindre un objectif.

Le plus complexe arrive à ce moment-là! En effet, pour placer une carte, il faudra respecter les prérequis de ses voisines orthogonales. Chaque faction ou terrain peut ou ne peut pas se trouver à côté de telle ou telle carte, celà vous ferait perdre des points en fin de partie. Il va falloir être attentif à tout celà. 

Il existe 2 types de cartes particulières : les portails et les dragons. Les premières vont vous permettre de relier des cartes espacées, vous donnant parfois la possibilité d’avancer plus vite. Pour les Dragons, c’est un peu plus complexe. Il va falloir les domestiquer pour ne pas qu’ils rapportent de points d’Harmonie négatifs en fin de partie. Par contre, une fois ces 2 types de cartes placées, on ne peut plus les bouger et elles resteront en place!

Une fois que le joueur à placer ou révélé une carte, il vérifie s’il remplit l’une des conditions des cartes Légendes et si tel est le cas, il place la carte à côté de son jeu et on en révèle une nouvelle. Attention, on ne peut prendre qu’une Légende par tour.

C’est ensuite au joueur suivant de devenir actif. On continue comme ça jusqu’à ce que l’un des joueurs ait complété tout son royaume et la partie s’arrête instantanément!

Il ne nous reste plus qu’à compter les points d’Harmonie et de déclarer le vainqueur!

Variantes 

Pour donner encore plus de piquant au jeu une fois qu’on commence à le maîtriser, on a la possibilité de rajouter des tuiles sur les cartes! Il s’agit d’Objets et de Personnages qui viendront parfois vous aider à avancer dans votre quête. On en place 1 sur chacune des cartes du pourtour du royaume et lorsque l’on révèle une carte, on a le choix entre dévoiler ou non la tuile. Si on le fait, on en applique l’effet immédiatement puis on la défausse de son côté (si on la joue) ou dans la défausse commune (si on ne veut pas la jouer)

Une variante solo est bien entendu présente elle aussi, de même qu’une en coopératif, et si vous en voulez encore, sachez que l’éditeur en à carrément créé d’autres disponibles sur leur site 🙂 A ce niveau, on se dit qu’il ne manque plus qu’une application pour gérer tout ça 😉

Rendez-vous sur leur site : https://nostromo-editions.com/

Verdict

Si vous êtes fan de la mécanique  Skyjo, vous allez tout de suite être séduit par celle d’Aetherya. Le gros plus, c’est l’univers médiéval qui augmente forcément l’intérêt. On n’est plus dans un simple jeu de cartes avec des chiffres et des couleurs!

L’éditeur n’en est pas resté là. Il n’a rien trouvé de mieux que de nous offrir plusieurs versions dans la notice et même sur leur site Web. Voilà de quoi plonger les joueurs dans de nombreuses parties 😀

Comme quoi un fonctionnement simple, des graphismes sympas et de très nombreux modes de jeu peuvent donner un excellent résultat! On aime et on en redemande, vous n’êtes pas prêt de vous arrêter une fois . Les parties étant suffisamment rapides et prenantes, vous ne vous en lasserez pas si facilement!

À découvrir de toute urgence chez ATALIA

Vivez des Histoires 100 fins chez ATALIA

0

2 à 5
45 minutes
10+
Nicko Böhnke
HUCH, ATALIA
Histoires 100 fins

Histoires 100 fins est un jeu de Nicko Böhnke. Des parties pour 2 à 5 joueur(s) à partir de 8 ans. Durée de 20 à 30 minutes environ. Il est édité par Huch! et distribué par ATALIA

But ?

Dans Histoires 100 fins, vous allez devoir raconter une histoire à l’aide d’indices (cartes) et mémoriser leur emplacement. En effet, à chaque tour, on va retirer une carte et il faudra se rappeler l’ordre de celles qui restent afin de remporter un maximum de points. Celui qui atteint l’objectif en premier remporte la partie!

Mise en place

Mélanger les cartes et en tirer 6 au hasard. Le premier joueur, que vous aurez désigné comme bon vous semble, écrira son histoire tranquillement en regardant les cartes. Une fois prêt, il narrera en déposant les cartes indices en les annonçant…. Aux autres joueurs de bien mémoriser l’ordre des cartes qui vont être placées en pile au centre de la table.

Fonctionnement

Le principe du jeu est de retenir une scène à partir des cartes autour desquelles le joueur doit raconter une histoire. Le plus important est de se souvenir de l’ordre exact des cartes avant d’en ajouter de nouvelles pour pimenter la scène, mais pas seulement, car les dés peuvent aggraver les choses.

En effet, à chaque nouveau tour, les joueurs doivent retirer une carte du jeu après avoir lancé le dé. Le résultat désigne l’une des 6 cartes à retirer. Cette dernière est placée au centre de la table pour former la pile des récompenses. Un sablier est disponible si vous trouvez que les joueurs sont trop longs afin de ne pas “souffrir” d’une partie qui n’en finit pas. En effet, certaines personnes sont moins à l’aise pour raconter ou se souvenir de l’ordre et il est toujours agréable de jouer vite pour ne pas trouver le jeu rébarbatif!

Quand un joueur réussit à raconter l’histoire sans mettre les cartes dans le mauvais ordre, il reçoit en récompense toutes les cartes qui se trouvent en jeu! Elles resteront devant lui de façon à ce que chacun puisse les voir pour se souvenir de ce qui est retiré de l’histoire. S’il y a eu erreur de la part d’un joueur, la carte incriminée est retirée, placée au centre de la table, on ne lance pas le dé et on ne rajoute pas de cartes. La pile de narration va ainsi décroître et celle des récompenses augmenter…. Le joueur suivant aura donc plus de facilités pour raconter l’histoire et gagner des points! La première personne à collecter un certain nombre de cartes gagne (entre 5 et 7 selon le nombre de joueurs).

Histoires 100 fins va vous mener dans différents univers. Crimes et pirates sont d’ores et déjà disponibles, espérons que d’autres arrivent. Cette collection est réellement incroyable. Un style narratif rejouable à l’infini avec à chaque fois de nouvelles histoires, dont la fin changera toujours. Vous n’aurez jamais droit à 2 situations identiques. Impossible de s’en lasser!

Le fonction, extrêmement simple, permet de faire jouer tout le monde, peu importe qu’on soit novice ou confirmé. Pas de limite d’âge non plus, les seules choses à faire fonctionner, ce sont notre imagination et notre mémoire. Les graphismes sont sobres, ce qui permet de bien identifier les situations et les adapter facilement à l’histoire que l’on veut narrer.

Qui n’a pas rêvé de prendre un jour la place d’un avocat pour une plaidoirie ? “Mesdames et Messieurs les Jurés, voici ce qu’il s’est réellement passé” va être votre phrase favorite tout au long de la partie!

Une collection disponible dès à présent chez ATALIA

Partez en Conquêtes chez Atalia

0
1 à 4
30 minutes
7+
Cesare MAINARDI
Dessin de Feutres colorie par Membre non inscrit le 03 de Août de 2017 à  Coloritou.comGaël LANNURIEN
ATALIA
Conquêtes

Conquêtes est un jeu de Cesare MAINARDI et les illustrations sont signées Gaël LANNURIEN. Un jeu de majorité pour 1 à 4 joueurs à partir de 7 ans. Les parties durent environ 30 minutes. Il est édité et distribué par ATALIA.

Le but ?

Dans Conquetes, vous allez devoir affronter les autres joueurs afin de posséder le meilleur territoire!

Mise en place

Après avoir bien mélangé les cartes, distribuez-en 5 à chaque joueur. Elles sont de 6 couleurs différentes qui représentent les différentes régions du globe. Placer le planisphère fourni au centre de la table, il vous servira de repaire pour jouer vos cartes.

Fonctionnement

A son tour, le joueur actif va réaliser 2 actions simples :

  • il pioche une carte
  • Il pioche 2 cartes ou en joue 1

Pour ce qui est de piocher, pas de soucis, on prend la première de la pile de pioches. Une fois cette dernière épuisée, la partie s’achève si l’on joue à moins de 4. Dans ce dernier cas, on remélange une unique fois la défausse pour refaire une nouvelle pioche.

Pour jouer une carte, on a 2 choix : mettre en jeu une nouvelle région ou attaquer (le nerf du jeu!). Pour mettre une carte de territoire en jeu, on la place tout simplement devant soi et si elle est adjacente à une autre déjà jouée, on la place contre afin de faire grossir son empire. Attention, 2 cartes identiques ne peuvent pas se trouver en jeu en même temps, que ce soit dans son camp ou celui d’un adversaire.

Pour effectuer une attaque, on doit commencer par jouer une région adjacente de sa main pour déclarer l’attaque.On annonce clairement où l’on attaque. L’attaquant (le joueur actif) choisit ensuite de jouer (ou non) des cartes supplémentaires afin de faire monter sa force. Pour ce faire, il place les cartes, qu’elles soient adjacentes ou non, face cachée devant lui. Le joueur attaqué peut à son tour annoncer son soutien pour défendre la région concernée et procéder de même. Une fois toutes les cartes jouées, on les retourne et on additionne les valeurs des cartes et l’on ajoute la valeur de sa région bien entendu. Si l’attaque est STRICTEMENT supérieure à la défense, le joueur remporte la carte territoire et la place dans son camp. Dans le cas contraire, l’attaque n’aboutit pas et le défenseur garde la carte ciblée. Les cartes engagées en soutien sont ensuite défaussées et le Défenseur pioche autant de cartes qu’il en à joué en soutien mais avec un maximum de 3. L’attaquant, quant à lui, repioche également mais avec un maximum de 2.

Une fois la pioche vidée (pour la seconde fois si on joue à 4), il ne nous reste plus qu’à comptabiliser les points du territoire de son choix . Si l’un des participants possède des cartes en doublon avec le territoire choisi, il les jouent également, elles rapportent 1 point par carte. Le joueur qui à le plus de points remporte la partie!

Verdict

Avec un air de Risk, Conquêtes va vous plonger dans une course pour avoir le plus gros territoire. Une variante solo est présente pour vous entrainer au jeu! Ce dernier est prévu jusqu’à 4 chefs de guerre, mais il fonctionne parfaitement à 2!

Une variante vous permet même d’ajouter des points de victoire en calculant bien comment on joue afin de pimenter encore plus le tout!

Si vous êtes fan du célèbre Risk, vous allez forcément apprécier ce jeu qui vous le rappelle mais avec des parties plus rapides, plus dynamiques et qui demandent moins de place.

Conquêtes est disponible chez ATALIA!